Retour au blog
Communication 22
Digital 6
Art 11
Cinéma 7

Le caravage :
une œuvre grandeur nature, réaliste et contrastée

 
22 février 2023
4 min de lecture
Crédits photos © Riccardo Scamarcio est Le Caravage (1571-1610)
cinéma

Artiste phare du XVIIème siècle, Michelangelo Merisi da Caravaggio dit Le Caravage intrigue. Au cœur du tumultueux biopic « L’ombre du Caravage » signé Michele Placido, le peintre dévoile ses contrastes extrêmes, soulignés par son talentueux clair-obscur et son goût excessif pour la vie.

Le personnage est troublant et fascine. « Aujourd’hui je mets ainsi en lumière la noirceur impénétrable d’un génie capable d’illuminer le monde par son art et d’un individu en conflit avec lui-même », évoque le réalisateur de cette co-production italofrançaise.

Cette frise artistique révèle avec grandeur les scènes qui ont donné naissance aux plus beaux chefs d’œuvre de la peinture classique. Le spectateur se perd tout entier dans l’art du Caravage, artiste passionné pour le divin à l’œuvre magistrale.

Ligne de fuite

L’intrigue transporte le public dans l’Italie du XVIIème siècle. Accusé de meurtre, Le Caravage fuit Rome et se réfugie à Naples puis Malte. Soutenu par l’influente famille Colonna, il tente d’obtenir la grâce de l’Église pour revenir à Rome. Le Pape Paul V décide de faire mener l’enquête par un inquisiteur appelé l’Ombre, car l’art du Caravage est jugé contraire à la morale de l’Église, le condamnant à mort. Les tableaux qu’il peint dans sa fuite paraissent alors plus sombres que jamais.

Perspective réaliste

« Je cherche le réel ! » clamait Caravage lors d’un procès. Le long-métrage entraine le public au cœur d’un réalisme choquant et saisissant, où l’homme peint avec violence la souffrance qu’on lui inflige. A Naples, sa frénésie créative le porte à réaliser un autoportrait macabre en se prenant lui-même comme modèle pour représenter la tête tranchée de Goliath. Comme dans un tableau, on évolue dans une succession de scènes où l’artiste a introduit dans la peinture religieuse des modèles issus de la rue, tentant de rapprocher le sacré de l’homme.

Le spectateur trouve ici sa place dans une toile grandeur nature où prennent vie les tableaux du maître. Provoquants et troublants, les chefs d’œuvre du peintre émerveillent. Au cinéma, les peintures font généralement l’objet de tirages photographiques. Ici les œuvres ont été préparées sur des toiles dont les fonds ont été patinés au moment de l’impression, afin de rendre les textures beaucoup plus réalistes. 

Rayonnement des talents

Étincelants, les acteurs principaux hypnotisent.
Riccardo Scamarcio interprète avec charisme la personnalité insolente, fière et impulsive du Caravage.
Louis Garrel dans le rôle de l’Ombre oscille entre calme et violence, se laissant constamment ronger par le doute.
Quant à Isabelle Huppert, elle incarne la marquise Costanza Colonna, protectrice torturée à l’allure hiératique et flamboyante de beauté.
Ces trois personnages que tout semble opposer s’unissent dans leurs profonds tourments, tourbillonnants au rythme de la folie à la fois créatrice et destructrice du peintre. 

Éclat de génie

Cette œuvre cinématographique bouleverse et offre une photographie d’une incroyable beauté où le réalisateur attache une constante attention au clair-obscur qui signe le talent des peintures du Caravage. L’art pictural et le 7ème art se confondent. Les personnages sont généralement placés dans un espace sombre et se trouvent touchés par la lumière, comme sur une scène de théâtre. Tel un jeu entre parties éclairées et ombrées excessivement contrastées, Le Caravage parvient à faire sortir la souffrance de la lumière, accentuée par sa maîtrise de la couleur. Son œuvre novatrice révolutionne la peinture du XVIIème siècle, suivi par de nombreux peintres comme Georges de La Tour, Vélasquez, Rubens ou Rembrandt qui réinterprètent la puissance du clair-obscur.

Sens des contrastes

Made for you accompagne la marque CANAL+ INTERNATIONAL dans son identité visuelle. La déclinaison d’un camaïeu de couleur propre à chaque continent symbolise un monde ouvert sur les cultures, grâce à un accès à l’information et à la communication à tous et pour tous.

Inspiré de l’alphabet composé de formes géométriques, le jeu graphique valorise la diversité à la manière d’un puzzle ou de pixels imbriqués, utilisés en fond en opacité ou en gradient. Une palette de violet est utilisée pour amener un côté digital et moderne au visuel générique. Fond noir, touches de couleurs lumineuses… la quête de sens dans les contrastes accentués nous rappelle que le clair-obscur n’est pas loin.

Crédits photos © Xenix Film

Vous aimez ?
N'hésitez pas à partager ;-)
[javascript protected html]